Usures dentaires

 NOTRE CAPITAL DENTAIRE PEUT S’USER DE 3 MANIÈRES :

  • problème d’origine bactérienne : carie, déchaussement ou maladie parodontale
  • problème d’origine traumatique : chocs
  • problème d’origine mécanique ou chimique : les usures

L’usure dentaire est normale avec le temps, mais si elle est trop marquée le processus devient alors pathologique. 80% de la population de plus de 40 ans présente des usures dentaires dont les symptômes, lorsqu’ils sont bien connus de votre praticien, sont décelables dès l’âge de 20 ans.

Alors, doit-on traiter ou prévenir ? Cela va dépendre du niveau et de la vitesse d’usure et de l’âge du patient.

 COMMENT S’EN RENDRE COMPTE ?

Si vous avez :

  • un vieillissement du sourire et du visage
  • des dents usées
  • des sensibilités dentaires
  • des dents non protégées par l’émail
  • un bruxisme ou des grincements de dents
  • des maux de tête
  • des douleurs musculaires
  • des tensions cervicales
  • des claquements articulaires
  • des problèmes de posture
  • des difficultés à ouvrir la bouche, à mastiquer
  • des acouphènes…

Il est alors important que votre dentiste fasse un bilan bucco-dentaire orienté dans le sens des usures. Il en déterminera tout d’abord la cause. Il peut s’agir :

  • d’usure mécanique (attrition) : lors de la perte de dents non compensée, de malpositions dentaires, de supraclusion (dents qui se recouvrent trop à la fermeture), de dysharmonie dents-squelettique, de grincement de jour ou de nuit, de rongement des ongles, de mastication de chewing-gum…
  • d’usure acide (érosion) : d’origine extérieure avec la consommation de sodas, coca, boissons énergétiques, jus de fruits, vin, certains aliments, drogue (ecstasy, cocaïne), médicaments (antidépresseurs, antihistaminiques, antiémétiques, antiparkisoniens), chlore (piscine). Ou d’origine intérieure avec les reflux oesophagiens, vomissements, anorexie, boulimie…

Puis il en déterminera le niveau :

  • niveau 0 : pas d’usure
  • niveau 1 : usure limitée à l’émail
  • niveau 2 : usure avec exposition dentinaire et perde de la hauteur des dents <1/3 de la hauteur dentinaire
  • niveau 3 : idem + 1/3 < perte de hauteur dentinaire <2/3
  • niveau 4 : idem + perte de hauteur dentinaire > 2/3

 QUELLE EST L’ÉVOLUTION ?

Tout va dépendre de votre âge, de la vitesse et du niveau d’usure. Si rien n’est fait, l’émail va s’user, la dentine sera mise à nue et la dent ne sera plus protégée. Le sourire se détériorera petit à petit, les dents devenant de plus en plus petites et grises.

Les sensibilités au chaud et froid, puis des douleurs liées à la mastication apparaissent, associées à des douleurs musculaires puis cervicales et des tensions articulaires. Des acouphènes et des blocages articulaires peuvent même apparaître.

 QUE PEUT-ON FAIRE ?

Evidemment, prévenir vaut toujours mieux que guérir. D’autant plus que la population perd de moins en moins ses dents et que l’espérance de vie augmente.

Prévenir :

  • aux niveaux 0, 1 et 2 si pas de demande esthétique ni de gêne, de douleur ou de trouble fonctionnel

La prévention sera appliquée avec une prise d’empreinte tous les ans et modèles confiés au patient. Le dentiste prodiguera des conseils alimentaires, de brossage, des vernis reminéralisants et le port d’une gouttière nocturne. Des photos attesteront du niveau d’usure. Une étude d’occlusion par la technique neuro-musculaire permettra de savoir si votre position mandibulaire présente un risque pour le futur et si vos muscles travaillent anormalement.

Intervenir :

  • au niveau 2, si vous êtes soucieux de votre sourire ou si vous avez une gêne, des douleurs et des troubles fonctionnels
  • aux niveaux 3 et 4 : il faut intervenir, même s’il n’y a pas de troubles fonctionnels ni que vous en ressentiez une gêne esthétique, car il y a un danger de détérioration accélérée

A ce stade, une rééducation de la mastication est généralement nécessaire, à l’aide de gouttières de repositionnement. Une fois la bonne position déterminée, des dents temporaires et des masques aideront à refaire un schéma occlusal et esthétique harmonieux, avant de passer à des collages de facettes, onlays, overlays qui garantissent le minimum de diminution des dents saines.

 QUELQUES EXEMPLES

Usure sans problème occlusal :

sourire vieilli à cause de dents courtes et grises (usure acide) des facettes en céramique permettent de retrouver la jeunesse du sourire

Usure avec problème occlusal :

sourire vieilli à cause de dents courtes, jaunies et tachées les dents temporaires et les masques permettent de retrouver harmonie et féminité les facettes en céramique sans métal amènent transparence et naturel
usure des dents extrême, le patient souffre de douleurs cervicales des dents temporaires, en résine, permettent de retrouver rapidement une mastication efficace les dents définitives, en céramique, sont élaborées à partir des temporaires qui servent de maquette